Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash









MINISTERE DE L’ELEVAGE                                                                                                    REPUBLIQUE DU MALI
ET DE LA PECHE                                                                                                                    Un Peuple –Un But- Une Foi
     -=-=-=-=-=                                                                                                                                     -=-=-=-=-=
DIRECTION NATIONALE DE LA PECHE
     -=-=-=-=-=

 

                                 NOTE DE PRESENTATION DE LA DIRECTION NATIONALE DE LA PECHE (DNP)


1. TEXTES LEGISLATIFS/REGLEMENTAIRES :

• la Loi n°05-009 du 11 février 2005 portant création de la Direction Nationale de la Pêche ;
• le Décret N°09-604/P-RM du 9 novembre   2009 fixant l’organisation et les modalités de fonctionnement de la Direction Nationale de la Pêche ;
• le Décret N°09-616/P-RM du 19 novembre 2009 déterminant le cadre organique de la Direction Nationale de la Pêche ;
• le Décret N°09-605/P-RM du 9 novembre   2009 portant création des Directions Régionales de la Pêche ;
• le Décret N°09-620/P-RM du 19 novembre2009 déterminant le cadre organique des Directions Subrégionales de la Pêche ;

2. MISSIONS ET ORGANISATION

La Direction Nationale de la Pêche qui compte un effectif de 191 agents en fin 2009 contre 173 agents en 2008 sur un besoin de 671. Les besoins du niveau central sont couverts à 66,66% tandis que ceux du niveau déconcentré ne sont couverts qu’à 24,80%. 

 La DNP a pour mission d'élaborer les éléments de la politique nationale en matière de pêche et d’assurer la coordination et le suivi de la mise en œuvre de ladite politique.

A ce titre, elle est notamment chargée de :   
- concevoir et de veiller à la mise en œuvre de la politique de développement de la pêche et d’aquaculture ;
- assurer la promotion et la modernisation des filières halieutiques et aquacoles dans le cadre d’une gestion durable des ressources halieutiques;
- élaborer et veiller à l’application de la réglementation relative à la pêche ;
- concevoir et veiller à la mise en œuvre de programmes et d’actions dans les domaines de l’appui conseil, de l’animation, de la vulgarisation, de la formation et de l’information à l’intention des acteurs de la filière ;
- centraliser, traiter et diffuser les informations et données statistiques se rapportant au secteur de la pêche.

La Direction Nationale de la Pêche est organisée comme suit :
- le Bureau d’Accueil, d’Orientation et de Communication ;
- le Bureau Statistique et Suivi-Evaluation ;
- la Division Réglementation et Contrôle ; 
- la Division Aménagement des Pêcheries et Aquaculture ;
- la Division Valorisation des Produits Halieutiques et Aquacoles ;
- la Division Formation et Documentation.

La Direction Nationale de la Pêche est représentée au :
- niveau Régional et dans le District de Bamako par la Direction Régionale de la Pêche;
- niveau Cercle par le Secteur de la Pêche;
- niveau communal ou groupes de communes par l’Antenne de la Pêche.

La Direction Régionale de la Pêche a pour mission, la conception, la coordination, la gestion et le contrôle en matière de conservation et d’exploitation durable des ressources halieutiques, de développement de l’aquaculture et de valorisation des productions halieutiques et aquacoles, ainsi que du soutien des activités des services subrégionaux et des services rattachés.

A ce titre, elle est chargée notamment de :
- traduire sous forme de programmes et projets les stratégies, plans et programmes nationaux d’aménagement des pêcheries, de développement de l’aquaculture, de promotion et de valorisation des filières de productions halieutiques et aquacoles et de veiller à leur mise en œuvre;
- concevoir des plans et programmes régionaux de communication et d’appui conseil en matière de conservation et d’utilisation durable des ressources halieutiques et de développement de l’aquaculture et de valorisation des productions halieutiques et  aquacoles et veiller à leur mise en œuvre;
- concevoir les plans et programmes régionaux d’aménagement de pêcheries, de développement de l’aquaculture et veiller à leur mise en œuvre;
- veiller à la diffusion et à l’application des textes législatifs et règlementaires relatifs à la conservation et à l’exploitation durable des ressources halieutiques et aquacoles; 
- initier des textes réglementaires régissant la conservation et l’utilisation durable des ressources halieutiques et aquacoles;
- assurer l’appui-conseil aux Collectivités territoriales régionales et aux organisations professionnelles agricoles d’intérêt régionale de conservation et d’utilisation durable des ressources halieutiques et de développement de l’aquaculture et de valorisation des productions halieutiques et  aquacoles ;
- participer à la supervision et au contrôle technique des engagements et  prescriptions définis dans le cadre des Etudes d’Impact Environnemental et Social et des Plans Cadre de Gestion Environnementale et Sociale concernant les ressources halieutiques et les productions aquacoles;
- contribuer à la promotion et la modernisation des infrastructures de transformation et de commercialisation des productions halieutiques et aquacoles ;
- assurer la mise en œuvre des Conventions, Accords et Traités Internationaux  ratifiés par le Mali concernant la conservation et l’utilisation  durable des ressources halieutiques et  le développement de l’aquaculture;
- suivre les activités des services subrégionaux, des Associations Signataires d’Accord Cadre avec l’Etat et autres partenaires en matière de conservation et d’exploitation durable des ressources halieutiques et de productions aquacoles et assurer l’harmonisation de leurs interventions;
- collecter, traiter et diffuser les informations et les données statistiques concernant les ressources halieutiques et des productions aquacoles. 

Le  Secteur de la Pêche est chargé notamment de :
- assurer la mise en œuvre des plans et programmes d’aménagement des pêcheries, de développement de l’aquaculture, de promotion et de valorisation des filières de productions halieutiques et aquacoles
- élaborer les avant-projets de classement et de déclassement des réserves piscicoles et de création de mises en défens dans le domaine piscicole de l’Etat ;

- veiller à la diffusion et à l’application des textes législatifs et règlementaires relatifs à la conservation et à l’exploitation durable des ressources halieutiques et aquacoles; 
- initier des textes réglementaires régissant la conservation et l’utilisation durable des ressources halieutiques et aquacoles;
- appuyer les Collectivités Territoriales et les organisations socioprofessionnelles dans l’élaboration et la mise en œuvre de  conventions locales  de pêche ;
- assurer l’appui-conseil aux Collectivités territoriales subrégionales et aux organisations professionnelles agricoles d’intérêt subrégional et le cas échéant aux exploitations Agricoles en matière de conservation et d’utilisation durable des ressources halieutiques et de développement de l’aquaculture et de valorisation des productions halieutiques et  aquacoles
- assurer la promotion et la modernisation des infrastructures de production, de transformation et de commercialisation ;
- assurer le conditionnement des produits halieutiques et aquacoles ;
- suivre les activités des Antennes de la Pêche, des associations signataires d’Accord Cadre et autres partenaires en matière de conservation et d’utilisation durable des ressources halieutiques, de développement de l’aquaculture et de valorisation des productions halieutiques et  aquacoles et harmoniser leurs interventions;
- contribuer à la mise en œuvre des conventions, accords et traités internationaux relatifs à la conservation et l’utilisation durable des ressources halieutiques et au développement de l’aquaculture ;
- collecter, traiter et diffuser les informations et les données statistiques relatives aux  ressources halieutiques  et aux productions  aquacoles. 

L’Antenne de la Pêche est chargée notamment de :
- assurer la mise en œuvre des plans et programmes d’aménagement des pêcheries, de développement de l’aquaculture, de promotion et de valorisation des filières de productions halieutiques et aquacoles ;
- veiller à la diffusion des textes législatifs et règlementaires relatifs à la conservation et à l’exploitation durable des ressources halieutiques et aquacoles;
- veiller à l’application des textes législatifs et règlementaires relatifs à la conservation et à l’exploitation durable des ressources halieutiques et aquacoles; 
- appuyer les Collectivités Territoriales et les particuliers dans l’élaboration et la mise en œuvre de programmes et projets en matière d’aménagement de pêcheries et d’aquaculture;
- assurer l’appui-conseil aux Communes, aux exploitations Agricoles et aux organisations professionnelles agricoles d’intérêt communal en matière de conservation et d’utilisation durable des ressources halieutiques et de développement de l’aquaculture et de valorisation des productions halieutiques et  aquacoles
- assurer le conditionnement des produits halieutiques et aquacoles ;
- assurer la promotion et la modernisation des filières des produits  halieutiques et aquacoles ;
- assurer la mise en œuvre des conventions, accords et traités internationaux relatifs à la conservation et l’utilisation durable des ressources halieutiques et au développement de l’aquaculture ;
- collecter les informations et les données statistiques relatives des ressources halieutiques  et aux productions aquacoles et assurer leur diffusion.


3. LES PROJETS ET PROGRAMMES DU SOUS SECTEUR DE LA PËCHE EN COURS D’EXECUTION :

3.1. Le Projet d’appui au développement de la pêche continentale dans le delta central du Niger (PADEPECHE) sur financement BAD  (17,24 millions UC)

Ce projet d’un montant de 17,24 millions d’unités de compte permettra :
- la construction de débarcadères et installations connexes à Mopti et à Konna;
- la construction de centres de traitement et de conditionnement du poisson à Akka, Diafarabé et Niafunké;
- l’aménagement de 10 000 ha de mare ;
- la mise en place d’un fonds de développement local en appui aux initiatives communautaires;
- la réalisation d’infrastructures éducatives et socio-sanitaires au bénéfice des populations de pêcheurs ;
- l’alphabétisation de 12.000 auditeurs, la mise en place de 55 groupements d’acteurs de la filière pêche, la  formation de 14.000 bénéficiaires et de 55 comités de gestion ;
- le reboisement de 5.000 ha des berges ; 

Il couvre les cercles de Mopti, Youwarou, Ténenkou, Djenné, Mopti et Niafunké.

3.2. Le Projet de développement des ressources halieutiques du lac de Sélingué au sein de l’ODRS sur financement BADEA (6,5 millions de dollars US)

Ce projet d’un montant de 6,5 millions de dollar US permettra :
- la construction de deux (2) débarcadères et installations connexes à Carrière et Faraba;
- la construction d’une écloserie et de 40 étangs ;
- la construction de centres de santé et d’écoles ;
- la construction de routes ;
- l’équipement des pêcheurs.

Il couvre neuf (9) Communes autour du lac de Sélingué.

  Le projet a été clôturé au 31 décembre 2010. Une demande de prolongation en 2011 pour consolidation des acquis est en cours.

3.3. Le Programme quinquennal d’aménagements aquacoles 2008-20012

Le Programme quinquennal d’aménagements aquacoles est un élément de la mise en œuvre du Schéma Directeur de Développement de la Pêche et de l’Aquaculture.

Le Programme prévoit :
- la réalisation des études et des travaux d’aménagement de 2 396 ha de mare;
- la réalisation des études et des travaux de construction de 3 507 ha d’étangs piscicoles;
- la réalisation des études et des travaux de construction de 189 ha ;
- la réalisation des études et des travaux de construction de 200 ha de cages flottantes;
- l’empoissonnement ou le rempoissonnement des mares.


3.4. Le volet ‘’amélioration de la pêche traditionnelle’’ dans les cercles de Kayes et de Bafoulabé dans le cadre du Projet de Mise en Valeur Intégrée des Ressources en Eau et de Développement des Usages Multiples du Bassin du fleuve Sénégal (PGIRE) de l’OMVS (convention cadre et contrat annuel de gestion signée) :

Ce projet d’un montant de 1,65 milliards de francs CFA permettra :
- la construction d’un débarcadère avec fabrique de glace à Manantali;
- la construction des marchés à poisson de Kayes, Bafoulabé et Mahina ;
- l’acquisition de camions deux (2) frigorifiques pour le transport du poisson ;
- l’équipement des pêcheurs ;
- la mise en place des conseils de pêche et l’élaboration des conventions locales de pêche et plans de cogestion.

Il couvre les cercles de Kayes et de Bafoulabé.

3.5. Le volet ‘’ amélioration de la pêche traditionnelle’’ dans les régions de Tombouctou et de Gao dans le cadre du Projet de développement des ressources en eau et de gestion durable des écosystèmes du bassin du fleuve Niger (PDREPE) de l’ABN :

Ce projet d’un montant de 4,95 millions de dollar US permettra :
- la mise en place des conseils de pêche (conseils communaux, conseils de pêche des cercles, conseils de pêche de la région) et le renforcement de leurs capacités ;
- le renforcement institutionnel et le renforcement des capacités d’organisation et de gestion des acteurs pour assurer un développement durable de la pêche;
- le développement de l’aquaculture villageoise par l’aménagement des mares et la construction d’étangs piscicoles ;
- l’appui à l’élaboration et à la mise en œuvre de conventions et de plans de cogestion ;
- la construction des marchés à poisson avec des capacités de conservation et de production de glace ;
- l’acquisition de camion frigorifique pour le transport du poisson des zones de productions aux zones de consommation.
- l’appui à l’équipement des pêcheurs (filets, hameçons, pirogues, moteurs hors bord etc.);
- l’appui à la construction d’installations de transformation (fours améliorés circulaires, rectangulaires ou fours chorkor) ;
- l’appui à la mobilisation de l’épargne dans le sous secteur de la pêche et de l’aquaculture.
- l’acquisition de moyens logistiques (véhicules, motos), informatiques et bureautiques ;
- renforcer le système de collecte et de traitement des informations statistiques sur les pêches et l’aquaculture.

Il couvre les régions de Tombouctou et de Gao. Cependant une étude générale de caractérisation couvrira l’ensemble de la vallée du Niger (de Sikasso à Gao).


3.6. Le Programme de développement de la pêche et de la pisciculture dans la zone d’intervention de l’Office de la Haute Vallée du Niger :

Ce projet d’un montant de 853 401 250 F CFA dont 738 401 250 du Japon permettra :
- l’aménagement de 18 mares et leur empoissonnement;
- la construction de 6 hangars et de 3 magasins ;
- la construction de 7 étangs piscicoles équipés de  motopompes et d’une écloserie;
- l’acquisition d’équipements de froid ;
- l’acquisition d’équipements de pêche dont 2000 balles de filets en nylon, 2000 balles de filets mono filament, 100 des pirogues, 25 moteurs hors bord, 2000 paquets de hameçons, 500 gilets de sauvetage et 500 rouleaux de fils d’attache ;
- la mise en place des conseils de pêche et l’élaboration des conventions locales de pêche et plans de cogestion dans les cercles de Koulikoro, Kati et Kangaba.

Le projet couvre les cercles de Koulikoro, Kati et Kangaba dans la région de Koulikoro.

3.7. Le Programme Conjoint d’Appui à la Recherche dans les domaines de l’Aquaculture et de la Pêche (CRSP)  (750 000 dollars US) :

Le Programme Conjoint d’Appui à la Recherche dans les domaines de l’Aquaculture et de la Pêche au Mali (CRSP-Mali) est un programme de recherche développement entre le Minière de l’Elevage et de la Pêche et l’Université d’Oregon sur financement de l’USAID Mali.

Il a pour but d’améliorer la productivité et revenu de producteurs du Mali à travers la facilitation de l'accès aux technologies et renforcer les capacités des acteurs publics et privés en pisciculture d'eau douce, en rizipisciculture et en gestion des pêches de capture.

Le Programme Conjoint d’Appui à la Recherche dans les domaines de l’Aquaculture et de la Pêche au Mali (CRSP-Mali) porte sur trois (3) thèmes ou composantes.
- le thème I ou composante I porte sur la pisciculture, il sera mis en œuvre dans la zone péri-urbaine de Bamako ;
- le thème II ou composante II porte sur la rizipisciculture, il sera mis en œuvre dans la zone de Baguinéda ;
- Le thème III ou composante III porte sur l’aménagement des pêcheries, il sera mis à Sélingué.

Des ateliers de formation seront organisés et suivi d’activités d’enregistrement de données de production et d’évaluation de la rentabilité pour les thèmes I et II.

Pour le thème III, la formation sera suivie d’une enquête cadre d’évaluation de l’effort de pêche en vue de l’élaboration d’un plan de gestion au niveau du lac de Sélingué.

La durée du programme est de trois (3) ans. Le coût du projet est de 750 000 dollars US sur 3 ans à raison de 250 000 dollars US par an.

Le programme est mis en œuvre en collaboration avec l’Université de Shanghai (Chine), l’Université de Moï et Africafish (Kenya).

  Le projet a été clôturé au 31 décembre 2010
 

 

3.8. Le Projet de construction du Marché moderne à poisson de Bamako (5,850 milliards F CFA) :

Financé par le Japon, le marché permettra de :
- disposer d’infrastructures modernes améliorant les conditions d’hygiène et de salubrité sur le marché ;
- améliorer la collecte, le traitement et l’analyse de données et informations statistiques sur la filière poisson ;
- démarrer la transformation semi-industrielle de certaines espèces comme le capitaine, le Bagrus, l’Hétérobranchus, le Tilapia, etc).
- favoriser l’exportation de la production à l’état frais ;
- améliorer les revus de tous les acteurs ;
- améliorer la fréquentation du marché à poisson (accès,  stationnement, salubrité)

Le projet de marché moderne à consiste en la construction d’un complexe comportant :
- Bâtiment du marché aux poissons avec : Zone de vente en gros, Zone de déchargement, Zone de traitement des poissons frais, Installations de fabrication de glace et de stockage de glace, Installations de conservation au froid du poisson frais, Bureaux, Groupe électrogène, Toilettes publiques, Château d’eau, Installations d’évacuation des eaux usées,  zone de vente;
- Zone de pesage ;
- Equipements : caisses isothermes à poissons et bacs pour manutention, bascule, palettes, chariot, brise glace, banc de travail pour le traitement de poissons et aspirateur industriel Outils pour la maintenance des installations frigorifiques et d’entretien du marché, matériels d’inspection sanitaire
- Formation.

3.9. La réhabilitation du Centre de formation piscicole de Molodo sur financement du BSI :

Ce projet d’un montant de 80 millions de francs CFA sur deux (2) permettra :
- la remise en état des étangs piscicoles ;
- la réhabilitation du centre de formation ;
- la reprise de la production d’alevins.

Le Centre de Molodo a été entièrement réhabilité. Nous venons de recevoir l’appui du budget national pour son extension en 2009.

Notre souhait est de faire de Molodo un Centre de formation initial et continue aussi bien pour le secteur public que pour les collectivités, les producteurs et le secteur privé. Il peut aussi être un Centre sous régional de formation en aquaculture.

3.10 Le Programme d’appui au secteur agricole au Mali (PASAM) :

Ce Programme en cours d’élaboration comprend deux composantes :
- la Composante A : Développement institutionnel ;
- la Composante B : Infrastructures rurales ;
- la Composante C : Développement local ;

La composante A porte sur :
- l’appui à l’élaboration / mise en œuvre d’un programme national ;
- l’appui ciblé à des lignes budgétaires aux services centraux du Ministère Agriculture et Elevage / pêche ;
- l’appui ciblé à des lignes budgétaires aux Directions régionales

La composante B porte sur :
- l’appui à la maîtrise d’ouvrage des Collectivités Territoriales pour la réalisation d’infrastructures rurales
- la mise en place d’un fonds régional pour les infrastructures pour les Collectivités Territoriales
- l’appui à la planification des infrastructures rurales au niveau des Collectivités Territoriales.

La composante C porte sur :
- l’appui à la maîtrise d’ouvrage des producteurs / Organisations Professionnelles Agricoles pour la réalisation de leurs micro projets
- l’appui au renforcement de la Chambre Régionale d’Agriculture et des Organisations Professionnelles Agricoles (planification pluriannuelle)
- la mise en place d’un fonds régional d’appui au secteur agricole.

Le programme couvre essentiellement la région de Mopti. Il est envisagé d’étendre les activités à la région de Ségou.

3.11 Le Projet d’intensification du périmètre irrigué de Baganda (0,44 millions   d’Unités de Compte) :

Ce projet prévoit la réalisation d’un programme de démonstration et de vulgarisation de techniques adaptées de pisciculture dans la zone du projet. La Direction Nationale de la Pêche (DNP) sera chargée de la mise en œuvre  de cette activité. Il s’agira de mettre en valeur les zones d’emprunt, les canaux d’irrigation et de tester la rizipisciculture. Cette activité permettra de diversifier les sources de revenus des exploitants du périmètre de Baganda

Les activités porteront essentiellement sur :
- la définition des conditions administratives, techniques et financières selon lesquelles l’opération sera étudiée et réalisées ;
- l’élaboration d’un manuel de formation destiné aux agents du projet et aux pisciculteurs ;
- la proposition de méthodes simples à vulgariser.

Le projet couvre uniquement la zone d’intervention de l’OPIB.

4. LES PROJETS ET PROGRAMMES EN COURS DE PREPARATION :

4.1. Le Projet de Développement des Filières Aquacoles dans la Région de Sikasso (PRODEFA-SIKASSO)

Les résultats attendus du projet sont :
- Résultat 1 : Le potentiel aquacole des mares et plans d'eau est davantage valorisé pour la pisciculture extensive ;

- Résultat 2 : Des conditions optimales pour l'émergence d'une filière professionnelle sont mises en place y compris en pisciculture ;

- Résultat 3 : La filière est renforcée en termes de structuration, de capacités des institutions de soutien de la filière et d'articulation entre acteurs ;

- Résultat 4 : La gestion des connaissances de la filière aquacole est renforcée, capitalisée et diffusée.

L’apport maximum de la Coopération belge s’élève à 5,6 millions d’Euro (soit 3 673 359 200 FCFA).

4.2. Le Programme National d’Investissements Agricoles (PNISA) :

Dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique Agricole Commune en relation avec les Accords de Partenariat Economique, la CEDEAO a entrepris d’élaboration d’un Programme Régional d’Investissement Agricole (PRIA). Chaque pays doit élaborer un Programme National d’Investissement Agricole (PNIA). Le PNIA du Mali est en cours d’élaboration.

 

 

 
République du Mali
Un Peuple - Un But - Une Foi
Ministère de l'Elevage et de la Pêche

Crédit et Mentions Légales

 AGETIC