Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash









LE DEVELOPPEMENT DES INDUSTRIES ANIMALES

Le Mali est un grand pays d'élevage. En 2004, le cheptel du pays était estimé à 7,1 millions de bovins, 18,5 millions d'ovins/caprins, 0,6 million de camélidés, 0,7 million d'asiniens et plus de 22 millions de volailles. Le secteur de l'élevage contribue à hauteur de 10% à la formation du PIB. Il est le 3éme secteur d'exportation après l'or et le coton.
Nous devons reconnaître que jusqu'à présent l'élevage n'a pas bénéficié de tout le soutien nécessaire à son développement, même s'il est maintenant érigé en département ministériel. Ainsi, dans le programme triennal de développement 2004-2006, d'un montant de 261 milliards de FCFA, 91,6% sont destinés à l'agriculture et seulement 3,6% à l'élevage. Ce déséquilibre sera corrigé dans le programme triennal 2007-2010.
Le secteur présente des opportunités d'investissement dans le domaine agroindustriel. C'est d'abord le cas de la filière laitière. La production de lait s'élève à plus de 600.000 tonnes par an. Cette production est très peu transformée tandis que le Mali importe entre 15 à 20 milliards de FCFA de lait et produits laitiers chaque année.
Il y a là une opportunité d'investissement qu'il convient de promouvoir auprès des opérateurs nationaux et/ou étrangers (voir chapitre VI sur le développement des PME).
Par ailleurs, la crise ivoirienne a montré la fragilité des exportations du bétail sur pied. S'il est vrai que d'autres destinations ont été renforcées (Sénégal, Sierra Léone, Guinée Conakry), il importe néanmoins de favoriser l'exportation des carcasses de viande et de diversifier les débouchés en dehors de la région.
Pour autant, sur la période qui s'achève, le sous-secteur Elevage a connu de nombreuses réalisations à travers essentiellement la mise en œuvre des Projets de Développement de l'Elevage Nord-Est, Elevage Liptako Gourma et Gestion durable du bétail ruminant endémique, la construction de marchés à bétail, de marchés à volailles, de points d'eau pastoraux et l'amélioration sensible de la santé animale, notamment la déclaration internationale du Mali comme pays indemne de l'infection de la peste bovine. En perspective, pour les cinq ans à venir, les activités seront marquées par la mise en œuvre :
•du Programme quinquennal d'aménagements pastoraux (2008-2012 pour un coût de 23,4 milliards de FCFA) ;
•du Programme d'Appui au Développement de l'Elevage au Sahel Occidental (PADESO) pour 8,3 milliards de FCFA ;
•du Projet d'Appui au Développement de l'Elevage dans la zone Kayes-Sud pour 13,6 milliards de FCFA ;
•du Projet de Développement de l'Aviculture - Phase II pour 12,5 milliards de FCFA ;
•et des Plan de contingence et Programme à moyen et long termes contre la grippe aviaire;
•valorisation du lait cru local;
•industrialisation de la production de viande rouge.

Le PDES considère le sous-secteur élevage comme un levier promoteur de croissance économique durable et une source importante de création d'emplois, de revenus et de devises. Aussi, pour encourager les investissements dans ce domaine, l'Etat contribuera à la création et à la modernisation des infrastructures d'abattage et de transport.

 

 
République du Mali
Un Peuple - Un But - Une Foi
Ministère de l'Elevage et de la Pêche

Crédit et Mentions Légales

 AGETIC